© IRT
Actualité

Je suis professionnel du tourisme

Publié le 31 mai 2021
  • Ils sont plus de 13.500 professionnels du tourisme à faire vivre 5.000 entreprises réunionnaises.
  • Une filière et des emplois aujourd’hui fortement fragilisés après plus d’1 an de crise Covid.
  • Ils font preuve d’une grande résilience et d’une capacité d’adaptation exemplaire avec une conviction forte : l’envie de voyage, le plaisir d’un sourire et d’un échange perdureront.
  • Depuis un an, ils œuvrent pour accueillir les voyageurs locaux comme extérieurs dans le strict respect des protocoles et avec une passion intacte pour l’île intense.

Saviez-vous que ?

  • Le tourisme à la Réunion c’est 13.500 emplois et 5.000 entreprises de toutes tailles et secteurs d’activité : gîtes, chambres d’hôtes, loueurs de voitures, agences de voyages, guides, activités de loisirs, etc.
  • Les métiers sont multiples : guide, hôtesse de l’air, gîteur, serveur, réceptionniste, chauffeur, loueur, agent de voyages, moniteur de loisirs, parapentistes…
  • Autour de ces structures, c’est un circuit court et tout le tissu économique local qui est en action pour approvisionner et faire tourner les infrastructures : artisanat, agriculture, commerces….
  • Le tourisme permet de faire vivre l’ensemble des territoires, les hauts et les bas.

Les enjeux de la relance

  • La filière compte 13.500 salariés.
  • Le tourisme est parmi les principaux employeurs de l’île. Les emplois touristiques ont augmenté de 37% entre 2011 et 2018 (Enquête Insee).
  • L’hébergement et la restauration représentent 1 emploi touristique sur 3 à La Réunion
  • Les recettes touristiques apportent à l’économie réunionnaise 1,2 milliards d’Euros (en 2019), provenant des visiteurs extérieurs et de la consommation locale.
  • La filière tourisme à La Réunion est riche d’un savoir-faire et d’une qualité de services uniques. Le label Qualité Tourisme Ile de la Réunion garantit une excellence de service qui fait de la Réunion un exemple en la matière.
  • Depuis un an, le secteur n’a de cesse de s’adapter. Des protocoles sanitaires stricts sur les standards nationaux, s’appliquent partout. La stabilité sanitaire de l’île est une priorité pour tous.