Fête de Dix Jours en l'honneur du dieu tamoul Mourouga, le Cavadee culmine, après une période de carême, par d'impressionnantes processions de pénitents.
Le corps transpercé d'aiguilles d'argent, ils soutiennent un portique, le cavadee, décoré de fleurs, feuillages et icônes. Ces scènes rappellent la légende d'Idumban, que son guru, le sage Agattiyâr, envoya chercher les sommets de deux montagnes. Il les rapporta attachés aux extrémités d'une perche de bois.
Symbole du rude chemin de la spiritualité, le Cavadee est un rituel de purification et de victoire sur soi. Il évoque le fardeau de nos fautes, leur rédemption, et la victoire du bien sur le mal.
Les aiguilles d'argent, plantées notamment dans la langue, matérialisent le voeu de silence et sont censées favoriser la circulation de l'énergie solaire.
Le Cavadee a généralement lieu à la dernière pleine lune d'avril et de mai à Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint-Benoît, à celle de janvier à Saint-André et Saint-Louis.