Gîte de Bélouve-Trou de Fer

Pédestre à Salazie

8.6 km
Aller / retour
Pédestre
4h
Facile
Vue sur Bébour depuis le Col de Bebour
Le piton des Neiges vu depuis le Col de Bebour
La vue sur Salazie depuis le Gîte de Bélouve
Les autres bâtiments du gîte de Bélouve, dont la maison de l'ONF
Le sentier du Trou de Fer, ses ravines, les passerelles qui vous permettront de franchir les ravines
les forêt de fanjans (fougères arborescentes)
Le sentier du Trou de Fer
les orchidées
les orchidées
Une des cascades du Trou de Fer
Une des cascades du Trou de Fer
L'ancien belvédère sur le Trou de Fer
  • La forêt de Bélouve est située entre le rempart de Salazie à l’ouest et le coteau Monique à l’est d’une part, et entre le Trou de Fer au nord et une ligne presque horizontale passant par le parking du coteau Monique au sud. La forêt de Bébour est au sud de cette ligne. Le nom de la forêt viendrait du mot malgache Belova, « Be » signifiant « grand » et « Lova » « héritage ».
    En effet, la forêt de Bélouve se compose d’une tamarineraie à l’état naturel, d’une forêt de bois de couleurs et de mares avec un écosystème spécifique. En franchissant le col de Bébour, nous pénétrons dans le quatrième cirque de l’île de La Réunion. Il y a 150 000 ans, Bébour était profondément érodé, comme les trois cirques que nous connaissons actuellement.
    A cette époque, le volcan du Piton des Neiges se réveilla et combla alors à moitié le cirque en lui donnant son fond plat actuel. Le Piton des Neiges ainsi que les différents cônes éruptifs arrêtèrent leur activité il y a plus de 20 000 ans, laissant la place à l’érosion, propice au développement de la forêt primaire caractérisée par un sous-sol jeune, une couverture forestière dense, un climat frais et humide, des sols relativement peu épais mais riches en matière organique, peu évolués et gorgés d’eau.
    Les forêts de Bébour et de Bélouve sont l’un des milieux naturels les mieux préservés de l’ile de La Réunion. Classées réserve biologique sur plus de 5000 ha en 1994, faisant partie du cœur du Parc National de La Réunion dont une partie en cœur cultivé (exploitation d’une tamarineraie depuis 50 ans), ces forêts demeurent un milieu très fragile, mis en péril par les pestes végétales (en particulier le raisin marron), les braconniers, et quelques randonneurs négligents. Des espèces indigènes comme les palmistes, les fanjans et certaines orchidées sont trop souvent victime de braconnage.
    Au moins 60 espèces d’orchidées ont été recensées dans cette riche forêt de Bébour, qui est l’un des derniers ensembles naturels de l’île à fonctionner de manière originelle. Hormis les activités humaines, la menace vient aussi d’espèces végétales envahissantes comme le fuschia, le bégonia, le goyavier, le longose et l’arum.
    L’ONF est ici à pied d’oeuvre pour lutter contre ces espèces et tenter de préserver par exemple une espèce de bois de savon que les botanistes croyaient disparue, le badula fragilis.
  • Dénivelé
    273 m
  • Intérêt du tracé
    Depuis le gîte de Bélouve point de vue sur l'ensemble du cirque de Salazie Forêt de tamarins des Hauts et de Bois de couleurs des hauts Point de vue sur le Trou de Fer
  • Equipement
    Gourde, Imperméable, Chaussures de marche en bon état, Vêtements chauds, Nourriture énergétique, Crème solaire, Pansements, Chapeau, Cartes détaillées, Appareil photo.
  • Carte IGN
    4402RT
  • Le saviez-vous
    Les espèces indigènes sont des espèces arrivées sur l’île par des moyens naturels et présentes avant l’arrivée de l’homme. Parmi les espèces indigènes, certaines se sont progressivement différenciées pour créer des espèces nouvelles. Elles sont alors dites endémiques et n’existent nulle part ailleurs dans le monde. Les espèces exotiques sont des espèces introduites volontairement ou non par l’homme. Les forêts primaires sont des milieux naturels jamais modifiés par l’homme. Le Tamarin des hauts est un arbre qui pousse ente 1200 et 1900 mètres d’altitude dans un milieu à température modérée et pluviométrie abondante. Son nom latin, acacia heterophylla, vient du fait que la forme des feuilles du tamarin jeune est totalement différente de celle du Tamarin adulte : d’abord bipennées, les feuilles deviennent longues et aplatis une fois adultes. Autre particularité, les graines du Tamarin des hauts ne germent que lorsqu’elles ont été exposées à une forte chaleur. Elles peuvent germées plusieurs dizaines d’années après être tombées au sol. Le bois de tamarin des hauts est utilisé en ébénisterie (bardeaux, et par le passé pour les canots traditionnels) et comme bois pour le feu.
  • Labels
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Se rendre au départ
Partant de l’ouest, prendre la 4 voies en direction de Saint Denis, puis Saint Benoit. En traversant Saint Benoit, prendre la direction Plaine des Palmistes. Arrivé à la Plaine des Palmistes, une fois passé le domaine des Tourelles, vous prendrez une bifurcation à droite indiquant La Petite Plaine, Bébour. Suivez cette direction et au bout de 9 kilomètres, vous arrivez au col de Bébour. Continuez sur cette route forestière pendant 10 kilomètres. La route forestière traverse la forêt de Bébour. Au bout de la route forestière, le parking situé aux pieds du Coteau Monique accueille les voitures des randonneurs. Le Coteau Monique est la frontière entre les forêts de Bébour et de Bélouve. Arrivé devant le parking du coteau Monique, la barrière qui ferme la route les dimanches et jours fériés est ouverte en semaine. Continuez alors cette route jusqu’au dernier parking avant d’arriver au gîte.
0 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 0 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 0 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 0,2 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 0,7 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 0,9 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 1,2 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 2,8 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 3,7 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 4,0 km : Gite de Belouve - Trou de Fer 4,0 km : Gite de Belouve - Trou de Fer
Étapes
0 km - Après avoir admiré le cirque de Salazie depuis l'esplanade du gîte de Bélouve, vous pénétrez dans la forêt sur une allée de caillebotis.

0,2 km - Le sentier descend doucement, traverse une ravine à sec sur une passerelle en bois, puis un peu plus loin, une seconde passerelle en bois.

0,4 km - Cette fois vous traversez une petite ravine à sec sans passerelle. La forêt tropicale humide est toujours luxuriante, composée de tamarins des hauts et de fougères arborescentes qu'on appelle fanjan.

0,6 km - A la fin de cette petite montée, vous arrivez à la piste des Fleurs Jaunes, que vous empruntez par la gauche sur 150 mètres.

0,7 km - Reprenez le sentier qui poursuit sa descente vers la ravine Fleurs Jaunes.

0,9 km - Vous traversez la ravine Fleurs Jaunes sur un gué de pierre. A gauche, la ravine n'est pas à sec et un large trou en contrebas est rempli d'une eau stagnante. Vous remontez le sentier en face.

1,1 km - A la fin de cette montée courte mais raide, vous retrouvez une nouvelle piste. Suivez cette piste en légère descente par la gauche sur 600 mètres.

1,4 km - Une bifurcation à droite indique la Reine des Tamarins. Ne perdez pas de temps, continuez votre chemin pour atteindre le trou de fer le plus tôt possible. Au retour, vous aurez tout le temps nécessaire pour allez admirer la Reine des Tamarins, vieille de plus de 300 ans.

1,7 km - Une bifurcation à gauche indique la suite du sentier du Trou de Fer. Suivez l'indication.

2,5 km : Une nouvelle bifurcation se présente et un panneau de l’ONF indique que le sentier de droite part en direction de Bras-Panon. Continuez tout droit.

3,1 km - Le sentier tourne brusquement à droite en faisant un angle droit. Vous poursuivez sur ce sentier en suivant une longue ligne droite.

3,7 km - Arrivé à cette dernière intersection, le sentier rejoint par le sentier de l'Ecole Normale descend brusquement.

4,1 km - Vous émergez soudain dans une clairière qui se termine par le petit point d'observation du Trou de Fer. Parti très tôt, vous êtes arrivés avant les nuages et pouvez contempler ce paysage exceptionnel.
273 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 1506 m
  • Altitude d'arrivée : 1506 m
  • Altitude maximum : 1530 m
  • Altitude minimum : 1311 m
  • Dénivelé total positif : 273 m
  • Dénivelé total négatif : -273 m
  • Dénivelé positif maximum : 105 m
  • Dénivelé négatif maximum : -106 m