Rencontre avec Cyril Viennot, champion du monde de triathlon longue distance

Racontez-nous votre parcours. Comment êtes-vous devenu champion du monde de triathlon ?  J'ai 33 ans et je fais du triathlon depuis que j'ai 12 ans à peu près. Ça a été très progressif pour en arriver au titre de champion du monde. J'ai fait beaucoup d'années tranquillement sans me prendre la tête. En 2010, tout s'est vraiment accéléré quand je me suis mis à la pratique de la longue distance. Ca a très bien marché, j'ai été de plus en plus performant au fil des années. J'ai fait ma première sélection en équ
Zoom sur

Publié le 19 avril 2016

Le champion du monde de triathlon longue distance Cyril Viennot a posé ses valises à l'île de La Réunion durant dix jours. Invité en famille par François Pierré de la Ligue de triathlon de La Réunion et du Club Triathlon, il est intervenu à l'occasion d'un stage de dix jours au début du mois d'avril. Le sportif originaire de Beauvais a profité de son séjour dans l'océan indien pour parcourir l'île de La Réunion à vélo, à la nage et à pied. Rencontre avec cet athlète hors norme.
 

Racontez-nous votre parcours. Comment êtes-vous devenu champion du monde de triathlon ?

 
"J'ai 33 ans et je fais du triathlon depuis que j'ai 12 ans à peu près. Ça a été très progressif pour en arriver au titre de champion du monde. J'ai fait beaucoup d'années tranquillement sans me prendre la tête. En 2010, tout s'est vraiment accéléré quand je me suis mis à la pratique de la longue distance. Ca a très bien marché, j'ai été de plus en plus performant au fil des années. J'ai fait ma première sélection en équipe de France en 2013, j'ai été cinquième au monde, puis troisième en 2014 pour devenir premier en 2015. Tout s'est passé relativement vite."
 

Quelle est la différence entre le triathlon classique et le triathlon longue distance ?

 
"Le triathlon classique est programmé au Jeux olympiques. Le parcours comprend 1.5 km de natation, 40 km à vélo et 10 km à pied. Il y a plusieurs parcours possibles au triathlon longue distance. Les plus courts comportent 1.9 km de natation, 90 km en vélo et 21 km à pied. Pour les plus longs, les Iron Man on est sur 3.8 km de natation, 180 km à vélo et 42 km à pied.
 
Les circuits mondiaux ont un format un peu intermédiaire. Il y a deux circuits qui s'opposent un peu : le circuit Iron Man et le circuit de la Fédération Internationale avec 4 km de natation, 120 km à vélo et 30 km à pied."
 

Imaginez-vous une journée sans vous entraîner ? 

 
"Après chaque grosse compétition, il y a au moins une semaine de récupération. Il y a des coupures dans l'année. C'est vrai qu'aujourd'hui c'est mon métier, je ne fais plus que ça. Je suis professeur d'EPS détaché pour le moment. J'ai arrêté de travailler en septembre 2013."
 

Avez-vous rencontré David Hauss ?

 
"On s'est croisé avec David Hauss quand on était jeune. Lui était déjà très bon et moi j'étais inexistant à l'époque. On s'est peu connu. J'ai fait du triathlon pendant très longtemps juste pour m'amuser, sans forcément faire ça sérieusement. C'est pour ça que j'ai été bon plutôt tard."
 

C'est la deuxième fois que vous venez vous entraîner à La Réunion ?

 
"Je suis venu l'an dernier en mars dans le même cadre. C'est François Pierré qui a organisé le stage et qui m'a à nouveau invité. Ça me permet de m'entraîner dans des conditions excellentes sans avoir à me préoccuper de la météo. C'est le climat, les paysages, le cadre d'entraînement très dépaysant qui cassent la routine habituelle qui font que je reviens. Ça met un coup de boost, d'autant que là il faisait très mauvais chez nous (en France métropolitaine) ces dernières semaines. J'en ai bien profité !"
 

Quelle est la prochaine étape après La Réunion ?

 
"Je pars une semaine en stage en Espagne directement à mon retour. Mon entraîneur est là-bas. C'est l'occasion de m'entraîner encore une semaine, cette fois-ci de manière très intensive, avec beaucoup de monde. Ce sera un petit peu différent d'ici. Après j'ai une course au Vietnam le 8 mai, un half Iron Man, un autre half Iron Man en France, à Beauvais, organisé par mon club en juin et un distance Iron Man à Roth, en Allemagne, en juillet. D'ailleurs je crois qu'il y a une trentaine de Réunionnais qui sont inscrits."

Quel était votre programme durant votre séjour à La Réunion ?

 
"Cette année, je suis resté dix jours à La Réunion. Au programme, c'était en moyenne 5h d'entraînement par jour, ça dépendait des jours. Il y a eu des journées avec un peu plus de 7h30 et d'autres journées avec 4h d'entraînement, mais c'était au minimum natation et vélo et au maximum les trois disciplines. Mais souvent les trois par jour en fait !" (rires)
 

Avez-vous une idée du nombre de kilomètres que vous avez parcouru à La Réunion durant ces dix jours ?

 
"En vélo je dois être à 800 km, en natation j'ai moins nagé et je n'ai pas forcément axé l'entraînement là-dessus. J'ai dû nager 25 km je pense à peu près. Et la course à pied, je dirai 120 km."
 

Où vous êtes-vous entraîné ?

 
"Je me suis concentré essentiellement sur la côte Ouest mais j'ai fait un triathlon à Sainte-Suzanne dimanche dernier (le 10 avril 2016) et je suis rentré en vélo. Hier, on a fait le tour de l'île en vélo. On a quand même bougé, on est allé courir dans la Plaine des Sables au volcan. On s'est un petit peu déplacé mais l'essentiel s'est fait sur la côte Ouest."
 

Avez-vous eu l'occasion de visiter La Réunion ?

 
"J'ai peu visité l'île mais quand on fait du vélo finalement on découvre pas mal de paysages. Le tour de l'île par exemple permet de bien prendre conscience de ce qu'il y a à l'Est, à l'Ouest etc. Le volcan forcément c'est le plus sympa. Les paysages désertiques en altitude c'est vraiment sympa !"
 

Qu'allez-vous rapporter dans vos valises ?

 
"Ma femme est allée deux fois au marché forain de Saint-Paul. On ramène toujours de la vanille, quelques souvenirs pour les amis, les parents. On a ramené des sacs "île de La Réunion" pour les courses, des épices... On avait de la place, on a dû ramener quatre gros sacs. On n'a pas fait semblant ! Sans oublier le rhum arrangé. J'ai beaucoup d'amis qui aiment ça alors j'en ai ramené pas mal !"
 

Que pensez-vous de la cuisine locale ?

 
"J'ai dû goûter à tous les caris possibles ! On a mangé des fruits locaux : des ananas, des fruits de la passion, des petites bananes. On en a mangé beaucoup ! Le rougail saucisses est vraiment pas mal. C'est pas forcément le plus diététique mais c'est bon !"
 

Conseilleriez-vous La Réunion à des amis ?

 
"A des triathlètes, je leur dirais que s'ils n'arrivent pas à se qualifier à Hawaï il faut qu'ils viennent à La Réunion. Il y a exactement tout ce qu'on peut trouver à Hawaï à La Réunion ! Il y a le volcan, les palmiers, les fruits, le climat. Pour s'entraîner c'est parfait, les routes sont parfaites, il y a du soleil tout le temps, les gens sont accueillants. C'est un pays que je recommanderais. Moi j'aime beaucoup voir des paysages très différents comme le Maïdo, le volcan, le bord de mer. C'est vraiment sympa d'avoir tout ça à proximité."
 

Si vous deviez décrire La Réunion en un seul mot...

 
"Chaud ! (rires) J'aime les climats chauds, c'est essentiellement ce que je viens chercher. Ne pas avoir à se poser la question de comment on s'habille quand on part faire du vélo ou quand on doit s'entraîner. On est en short toute la journée, moi c'est vraiment ce que j'aime."