Jet'Plu : la barquette contre le gaspillage alimentaire

Jet'Plu - © CHR
Zoom sur

Publié le 27 septembre 2016

Si le doggy bag s'est démocratisé dans les pays anglo-saxons, cette pratique n'est pas encore entrée dans les mœurs françaises. Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, l'association Jet'Plu a mis en place un projet du même nom dans l'objectif de récupérer les surplus de nourriture émanant des restaurants, dîners officiels, réceptions... La solution consiste à récupérer ce qui peut l'être et de ramener les restes chez soi dans une barquette.

Avec Jet'Plu, la mode est à la barquette ! Répandu dans les pays anglo-saxons où la pratique est décomplexée, le doggy bag - la barquette créole made in USA - se heurte souvent à la réticence des Français qui n'osent pas récupérer ce qui reste dans leurs assiettes en fin de repas. Le projet Jet'Plu a pour ambition de mettre au goût du jour ce geste écoresponsable en revalorisant et économisant la nourriture, avec la participation de professionnels de divers secteurs concernés par cette cause et engagés dans la démarche. Les professionnels du tourisme tels que l'Île de La Réunion Tourisme (IRT), le Club de la Restauration Réunionnaise et l'Union des Métiers des Industries de l'Hôtellerie (UMIH) de La Réunion participent à ce projet eco-citoyen.

La barquette : un allié contre le gaspillage alimentaire


Tout part du constat de gâchis de nourriture. Actuellement, ce sont 32 kg d'aliments qui sont jetés par un Français au cours d'une année. Les ménages représentent 42 % du gaspillage alimentaire, contre 39 % pour l'industrie alimentaire et 14 % pour la restauration. Ce sont près de 40 % des plats qui sont jetés lorsqu'ils ne sont pas récupérés. En mettant en barquette les restes des repas, Jet'Plu vise non seulement à économiser sur un prochain repas mais également à mieux consommer en limitant les déchets, à préserver les ressources de la planète et ainsi participer concrètement à la protection de l'environnement. 

Cette initiative engagée devrait permettre à la société de consommation actuelle d'évoluer pour privilégier la qualité à la quantité, tout en réalisant une bonne action pour l'environnement.