La langue officielle à La Réunion est le français, tel qu’on le parle et l’écrit en France métropolitaine. Cependant, les Réunionnais s’expriment aussi en créole, langue qui s’est construite au fil du peuplement de l’île et qui a héritée des apports linguistiques des différentes populations qui forment le peuple réunionnais : des Français, des Malgaches, des Africains, des Indiens… Le créole était la langue du maloya pendant la période de l’esclavage. Le besoin de se comprendre a produit une langue imagée. Le créole réunionnais a néanmoins acquis en 2014 le statut de langue régionale et est enseigné dans les écoles et étudié à l’université de La Réunion.
Il est une appellation à laquelle un visiteur même francophone, qui débarque à La Réunion ne pourra pas échapper : pour les habitants de l'île, il (ou elle) est un "zorey"* (prononcer "zoreille").
*"zorey" : Français de Métropole
Des ateliers "parlons créole" sont organisés par l'office de tourisme intercommunal du Nord

Quelques mots en créole : 

  • Arack : désigne le rhum
  • Bonbon : gâteau salé ou sucrerie (bonbon piment)
  • Battre un carré : se promener
  • Caiambe : instrument de musique fait de roseaux et rempli de graines de job
  • Gramoune : personne âgée
  • Grègue : cafetière en fer blanc pour café coulé
  • Moucater : se moquer
  • Nénéne : nounou qui s’occupe des enfants et de la maison
  • Pilon : mortier pour piler les épices
  • Lambrequins : frises des cases créoles
  • Rougail : sauce qui accompagne les plats créoles

Quelques expressions colorées

  • Koman i lé ? : comment ça va ?
  • Léla : ça va
  • Santé vié moun : on fait aller
  • Lé bon : d’accord
  • Kwélafé ? : qu’est-ce qui se passe ? ou quoi de neuf ?
  • Kosasa ? : qu’est-ce que c’est ?
  • Allons bouger : on y va
  • Sa mèm (mèm) : c’est ça

Quelques proverbes créoles réunionnais

  • La lang na pwin le zo : la langue n’a pas d’os (La parole a peu de valeur).
  • Goni vid i tyen pa debout : un sac vide ne peut rester debout (L’estomac vide, on ne tient pas longtemps).
  • Fé pa la bou avan la pli : on ne fait pas la boue avant la pluie (Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs).
  • Kan i koz ek boukané, sosis res pandiyé : quand on s’adresse au boucané, la saucisse reste sur le crochet (Quand on parle à Jacques, Paul n’intervient pas).
  • Bondié i puni pa le roche Dieu ne punit pas les pierres (Un malheur n’arrive qu’à ceux qui le méritent).
  • Dann oui na pwin batay : dans oui, il n'y a pas de bataille (Il est facile de dire oui pour éviter la discussion).
  • Gro poison i bèk si le tar : le gros poisson mord sur le tard (Tout vient à qui sait attendre). 
  • I geyn le pus a fors frékant le sien : à force de fréquenter les chiens, on attrape des puces (Les mauvaises fréquentations mènent à la perte).
  • An atendan, kabri i manz salad : en attendant, la chèvre mange la salade (Sans solution, un problème perdure).
  • La pasians i géri la gal : la patience guérit la gale. (Avec de la patience, on peut tout guérir).
  • Na in zour i apèl demin : demain arrive. (La roue tourne).
  • Fourmi i mars sous la tèr, domoun i koné : les fourmis marchent sous le sol, tout le monde est au courant (Quand on fait quelque chose en cachette, ça finit par se savoir).
  • Zanfan i plèr pa i gyen pa tété : l’enfant qui ne pleure pas n’aura pas son lait (Il faut oser demander ce que l’on veut).
  • Ou donn in pié, i pran le karo : on donne un plant, on vous prend le champ entier (On donne un doigt, il prend le bras).
  • Ti ash i koup gro bwa : une petite hache peut couper une grosse bûche (A force de patience, on peut arriver à tout).