En 1909, avec la pauvreté, la délinquance s'accroît à La Réunion. De menus larçins se produisent çà et là dans l'île. A cette période des cambriolages paraîssent suspects et amplifiés par des attaques de personnes. Il n'en faut pas plus pour créer une peur panique dans la population. L'hystérie gagne la population, maisons fermées à double tour, enquête prenant un tour mystique. Rien n'y fait.
C'est un gardien de nuit qui révèle le pot aux roses. En protégeant sa porte par une petite plaque métallique, il peut effrayer les voleurs qui laissent tout leur équipement sur place. Peu à peu la police arrête trois personnes : Saint-Ange, Sitarane et Fontaine. Le réseau de revente des produits du vol est démantelé. Lors du procès, il est révélé des détails atroces des tueries, cérémonies macabres, messes noires... Dès lors le "mythe" Sitarane est né. Il n'était pas rare que certains déclarent l'avoir vu en deux endroits, alors même qu'il était en prison.
Sitarane et Fontaine furent exécutés sur la place publique. Etrangement le sorcier fut épargné, et mourut au bagne, vingt ans plus tard.
De nos jours, la tombe de Sitarane attire les convoitises. La tombe dans le cimetière de Saint-Pierre est visitée régulièrement, on y trouve de nombreuses offrandes.