Avec moins de 4 millions d’années d’âge géologique et à peine 4 siècles de peuplement, l’île offre au monde un spectacle d’une rare singularité.

Symphysanodon pitondelafournaisei
Ce beau poisson de 15 cm vit en pleine eau au-dessus des fonds vers 400 à 500 m. Une espèce similaire a été découverte dans les mêmes conditions après une coulée en mer d’un volcan à Hawaï.
(Dessin : Alain DIRINGER)

 

Neocentropogon barrieri
Découverte en 2007, cette petite rascasse de moins de 10 cm vit sur les fonds de 200 à 500 m où elle chasse à l’affût des crustacés et autres petits poissons.
(Dessin : Alain DIRINGER)

 

Syzygops lemagneni (femelle)
Ce petit curculionide mesurant entre 4 et 5 mm se rencontre sur les fougères arborescentes au-dessus de 1  000 m d’altitude, à la Plaine des Fougères de Sainte-Marie.
(Photo : Rémy LEMAGNEN)
 

 

Chromis durvillei
Découverte grâce aux coulées de laves de 2007, cette belle demoiselle de 9 cm se distingue de ses “cousines” du récif par ses grands yeux mieux adaptés à la faible lumière de son biotope, à moins 200 m dans les rochers.
(Dessin : Alain DIRINGER)

 

Dryophtorus sp.
Ce tout petit coléoptère d’un peu plus de deux millimètres, à l’allure très rustique, est en cours de description. Trouvé en 2008 dans du terreau à Takamaka au-dessus de 1  200 m d’altitude.
(Photo : Rémy LEMAGNEN)

 

Alpheus sp.
Cette magnifique petite crevette pistolet d’environ 3 cm a été repérée sur la côte ouest.
Elle vit dans un terrier en compagnie d’un gobie avec qui elle reste toujours en contact grâce à ses antennes.
(Photo : Alain DIRINGER)

 

Calidris melanotos
Ce Bécasseau tacheté a été observé pour la première fois à La Réunion en janvier 2008. 
C’est un limicole migrateur qui niche dans l’hémisphère Nord au-delà du cercle polaire arctique.
(Photo : Jean Michel PROBST)
 

 

Cossonus sp.
Cette nouvelle espèce d’environ 5mm se rencontre dans du terreau forestier, à la Plaine des Fougères de Sainte-Marie, vers 1  400 m d’altitude.
(Photo : Rémy LEMAGNEN)

 

Vous pouvez observer une faune étonnante à chaque détour d'une balade, d'un sentier.
Les oiseaux sont certainement les premiers habitants de l'île de La Réunion. Aujourd'hui, une vingtaine d'espèces indigènes (dont 6 endémiques) vivent encore dans les cieux réunionnais.
On estime à 5 000 nombre d'espèces d'insectes dont seulement 2 000 sont réellement connues. On compte plus de 500 espèces d'araignées, 54 de mollusques, 21 de poissons d'eau douce et 9 espèces de crustacés. Des vertes forêts d’altitude aux savanes roussies par le soleil, des coulées de lave encore fumantes aux eaux rassurantes des lagons, chaque paysage est autant un plaisir pour les yeux qu’un biotope remarquable.
Les hommes, les plantes et les animaux partagent la même histoire  : ils sont venus des quatre coins du monde pour coloniser une île encore vierge.
Portées par les vents ou les flots, la faune et la flore se sont fixées avant de faire souche ou de se transformer en véritables nouvelles espèces ; les endémiques de La Réunion.
Il est étonnant qu’aujourd’hui encore, les bénévoles passionnés et les scientifiques professionnels trouvent et retrouvent régulièrement de nouvelles espèces.
 



Une faune unique : vous aurez tout le loisir d'observer aussi la faune qui se cache sur l'île, le gecko de Manapany ou le tuit-tuit, petit oiseau forestier qui vous accompagnera parfois lors de vos randonnées.

Une éruption volcanique fait surgir de nouveaux poissons, une technique originale de prospection fait apparaître de minuscules insectes, et les chercheurs éclairés baptisent de nouveaux arbres, oiseaux, fougères, orchidées, coquillages ou papillons. À l’heure où le réchauffement climatique et l’extension des activités humaines font craindre le pire à nos écosystèmes, le fait qu’on n’en connaisse pas totalement l’inventaire rend encore plus évident la mise en œuvre des mesures de protection et le nécessaire changement des comportements.
Les Réunionnaises et les Réunionnais, qui sont conscients d’avoir la chance de vivre au quotidien sur une île exceptionnelle et fragile, sont heureux d’ofrir aux visiteurs le privilège de la découvrir et de la redécouvrir.
En 2010, année mondiale de la biodiversité, l’île de La Réunion sera chaque jour à l’avant-scène du tourisme durable. Et à ceux qui emprunteront les sentiers de la « Roche Écrite », soyez attentifs au parfum délicat d’une renoncule tout juste décrite…

Toutes ces photos se trouvent dans le calendrier 2010 (format pdf zippé 1,3Mo).