Des forêts exubérantes où fleurissent les orchidées sauvages, des sommets lunaires, des récifs coralliens foisonnant de vie… Malgré l’activité humaine, 30 % des milieux naturels réunionnais sont aujourd’hui exactement les mêmes que lorsque l’île était déserte ! Pour préserver cet héritage, un parc national et une réserve marine ont été créés.

Née du volcanisme sous-marin, La Réunion n’a jamais été en contact avec un continent. La vie y a prospéré de façons très différentes, en fonction de l’altitude et des pluies plus ou moins abondantes.
 

  • La savane et la forêt sèche : sur la côte ouest, étendue herbeuse aux teintes fauves, fourrés d’épineux ;
  • La forêt semi-sèche : faite de vestiges subsistant sur les pentes encaissées des ravines de la côte sous le vent, elle abrite un grand nombre d’espèces rares et protégées ;
  • La forêt de bois de couleur des Bas : dans le Sud Sauvage et sur les mi-pentes de l’Est, elle présente une extraordinaire richesse végétale (plus de 40 espèces d’arbres, souvent uniques au monde). Orchidées, mousses et fougères contribuent à sa magie ;
  • La forêt de bois de couleur des Hauts : tout autour de l’île, cette " forêt des brumes " à la végétation luxuriante voit ses grands arbres recouverts de lichens, de mousses et de nombreuses plantes épiphytes.
  • La forêt de tamarins des Hauts : on ne la trouve qu’à La Réunion. Elle s’étend sur des zones planes, où les tamarins prennent des formes tortueuses sous l’influence des vents cycloniques.
  • Les sommets : au-dessus de 1.700 m d’altitude, des étendues de landes et de bruyères cèdent la place au monde minéral, à l’approche des plus hauts sommets.

L'ensemble de ces types de végétation est présent dans les Espaces Naturels Sensibles gérés par le Conseil Général en partenariat avec les communes, les groupements de communes, l'Etat et les acteurs concernés.