Introduite à La Réunion au début du XIXème siècle, la vanille aurait pu rester une culture confidentielle sans l'ingéniosité d'un jeune esclave, Edmond Albius, qui découvre le procédé de fécondation manuelle de cette orchidée originaire du Mexique. Grâce au travail de producteurs passionnés qui perpétuent les délicats procédés de pollinisation et de conservation depuis plus d'un siècle et demi, la vanille de La Réunion ou vanille Bourbon est aujourd'hui considérée comme la meilleure au monde.
 
De longues gousses odorantes dont le séchage progressif permettra ensuite l'expression des 180 molécules composant un arôme et des saveurs uniques au monde... un parfum complexe et envoûtant qui est à lui seul la promesse d'un voyage... la vanille Bourbon est non seulement un produit culinaire exceptionnel, mais aussi un pan du patrimoine culturel de La Réunion ainsi qu'un héritage de son passé. Elle figure d'ailleurs sur le blason de l'île, enlaçant la devise de ce qui fut la Compagnie des Indes : Florebo quocumque ferar (Je fleurirai là où je serai portée).

Son histoire

La vanille est le fruit d'une orchidée, originaire du Mexique et introduite en 1819 sur l'île afin d'y être cultivée : mais la production naturelle des gousses, au très faible rendement, ne permet pas son exploitation à grande échelle... jusqu'en 1841. Cette année-là, le jeune esclave Edmond Albius découvre le procédé de fécondation artificielle de cette orchidée-liane à la belle fleur blanche avide d'eau et de chaleur s'épanouissant à l'ombre des arbres qu'elle utilise comme tuteur. Aujourd'hui, la manipulation de pollinisation sur une fleur éphémère (elle ne vit qu'une seule journée !) est toujours pratiquée par les producteurs de vanille d'octobre à fin décembre. Le geste est précis : il s'agit, sans stresser la fleur, d'entailler le capuchon qui protège les organes mâles, de redresser la languette séparant ceux-ci des organes femelles puis de les mettre délicatement en contact.

Neuf mois plus tard, les gousses font leur apparition et les producteurs, tels d'heureux parents, viendront les baptiser sur pied en poinçonnant leurs initiales. Lorsqu'elles sont d'un bon calibre, mais toujours vertes, les gousses sont cueillies pour entrer dans le processus de conservation mis au point par deux Réunionnais à partir des années 1850. Echaudées quelques minutes, fermentées puis séchées et maturées plusieurs mois, les gousses se transforment pour devenir la vanille Bourbon, qui comme un grand vin, acquiert ainsi son parfum et son goût uniques !

Grâce à ces hommes, La Réunion est ainsi devenue le berceau d'une épice considérée comme la meilleure au monde...

Découvrir la vanille sur l'île de La Réunion

Plantations privées (sous ombrières ou au coeur des magnifiques forêts de bois de couleur) et coopératives ouvertes au public permettent d'approcher ce petit miracle qu'est la naissance de la vanille. A Sainte-Suzanne, au nord-ouest de l'île, La Vanilleraie propose ainsi de découvrir l'histoire de la vanille Bourbon et d'en apprécier les multiples déclinaisons gourmandes : car si la vanille est commercialisée au naturel - les connaisseurs se méfieront des gousses trop collantes pour se tourner vers un produit en voie de séchage, gage d'une bonne conservation - l'épice fait aussi merveille en sirop, alliée à des confitures de fruits, en extrait pour la cuisine... en version sucrée mais aussi salée : le canard à la vanille, un classique de plusieurs restaurants, est ainsi un voyage gustatif autour des épices : curcuma, girofle et muscade agrémentés de la douceur qu’offre la vanille. Tout simplement inoubliable !