Rhums arrangés ou non, bières, vins, eau minérale ou limonade... La Réunion offre une grande diversité de spécialités locales alcoolisées ou non. A déguster, selon le cas, avec modération bien sûr...
 
A travers l'île, difficile d'échapper aux fresques peintes sur les frontons des snacks ou des petits restaurants aux couleurs de la bière locale. La bière Bourbon est brassée sur place. Son symbole est un dodo, gros volatile à l'allure de dindon aujourd'hui disparu des îles de l'Océan Indien. Pour saisir un peu de l'âme créole, rien ne vaut la dégustation de ces bières péi (locales) accompagnées de bonbons piments ou  de samoussas. Depuis 2011, la bière dodo a même une déclinaison parfumée au litchi : la Metiss'.

Le rhum Réunionnais

Incontournable également dans les boutiques et dans toutes les caz' (les habitations) le rhum local, le rhum Charrette, ainsi baptisé car son étiquette arbore une charrette tirée par un boeuf et chargée de cannes à sucres. Vendu en bouteille de verre, il est aussi conditionné en flasque de plastique et prend alors le nom de "pile plate" ! Le rhum est fabriqué soit à partir du jus de cannes (rhum agricole et vieux rhum), soit à partir de la mélasse (le résidu après le raffinage du sucre) pour le rhum traditionnel. Il est intimement lié à l'histoire de l'île, y compris dans ses moments les plus sombres puisque l'industrie de la canne à sucre s'est développée grâce à l'esclavage. Une visite s'impose pour comprendre ce passé et les propositions ne manquent pas : à Saint-Louis se trouve la plus grande unité européenne de sucre de canne, la Sucrerie du Gol (visite de l’usine et dégustation de « sirops la cuite »). À Saint-Pierre, la Saga du Rhum, fruit d’une collaboration entre les trois distilleries de l’île, est installée au coeur de la distillerie Isautier, fondée en 1845. A Saint-Benoît, la Distillerie la Rivière du Mât ouvre les portes de sa production de rhums traditionnels blancs, de rhums vieux et de rhums agricoles. Enfin la Sucrerie de Bois Rouge et la distillerie de Savanna, situées à Saint- André, toujours à l'est, présentent le cycle complet de la canne au rhum en passant par le sucre.

 

Certes, le rhum peut être dégusté pur (avec modération, le Charrette titrant tout de même 49°), sous forme de punchs (additionné de jus de fruits et d'épices) ou de cocktails. Mais la spécialité locale de l'île est le rhum arrangé, dont il y a autant de recettes que d'habitants ! On peut en effet "arranger" un rhum en y faisant macérer des fruits, des épices (bâtons de cannelle, vanille), des herbes... avec du faham, une variété d'orchidée sauvage, dans une multitude de combinaisons. On pourra d'ailleurs trouver sur les marchés des pochons contenant tout ce qu'il faut pour fabriquer son propre rhum arrangé... Enfin si un bar propose à la carte un café-vanille, il s'agit bien d'un punch au goût de liqueur de café !

Vin, eau pétillante et limonade

La Réunion propose aussi ses propres vins. L'introduction de nouveaux cépages (malbec entre autres) sur les pentes du cirque de Cilaos ainsi que la mise en service de chais modernes ont permis la naissance de rouges, rosés et blancs qui n'ont rien à envier à bien des vins métropolitains. On trouvera aussi à Cilaos chez les particuliers le "vin qui rend fou" ! Il s'agit en fait d'un vin issu du cépage isabelle qui  fut prohibé en métropole en 1935 (l'interdiction a été levée depuis 2003) mais qui a toujours été cultivé à La Réunion. Cilaos n'est pas connu que pour ses vins : une eau pétillante, la Cilaos, issue du captage d'une des sources thermales du cirque se retrouve sur bien des tables de l'île. Les amateurs prendront eux plaisir à boire la Cot, une limonade elle aussi incontournable !