Produit endémique de La Réunion, le Bourbon pointu n'est pas seulement le meilleur (et l'un des plus chers !) café au monde : il est l'héritier de l'histoire de l'île. Une histoire où l'on croise Louis XV, Honoré de Balzac, un Japonais, le pâtissier Pierre Hermé... Ce grand cru de café est servi par les meilleurs chefs étoilés.

"Une très faible teneur en caféine, un goût délicat... Un arôme floral et fruité aux accents de musc, de rhubarbe, d'ananas, de rose et d'épices..." Celui qui chante ainsi les louanges du café réunionnais, le "Bourbon pointu" n'est pas n'importe qui : il s'agit de Pierre Hermé, spécialiste du chocolat dont les créations font se pâmer les foodistas. Le pâtissier parisien n'est pas le premier à s'extasier sur les arômes et le goût du Bourbon pointu : il eut parmi ses adeptes le roi de France Louis XV ou l'écrivain Honoré de Balzac et, de nos jours, les chefs étoilés Thierry Marx ou Anne-Sophie Pic ! Et les forums de voyage lui font une place de choix...
 
Son épopée peu commune débute en 1715 : des caféiers de la variété Coffea arabica, dont le berceau est en Éthiopie, sont amenés depuis le Yémen à l'île Bourbon (La Réunion est alors une des possessions du roi de France) pour y être cultivés. Les plants s'épanouissent si bien sous le climat réunionnais qu'ils vont petit à petit acquérir leur propre identité : le café Bourbon pointu (Coffea arabica cv. laurina) est en fait le résultat de la mutation persistante du café Bourbon ordinaire. Feuille plus ronde, cerises (fruits) pointues, tout comme les grains, nettement allongés : on comprend aisément d'où il tire son nom ! Au XVIIIème siècle l'île devient un des principaux fournisseurs de café pour l'Europe.

Le destin semble sourire au Bourbon pointu : mais la canne à sucre qui investit les terres arables disponibles puis une maladie des feuilles lui portent un coup fatal. Au début des années 1880, les plants sont tous décimés et la culture abandonnée. Tous ? Heureusement non ! Mais il faudra attendre le début des années 2000 pour que l'histoire connaisse un rebondissement inattendu... Tout aurait débuté avec la visite d'un Japonais, M. Yoshiaki Kawashima, directeur de recherches de la Ueshima Coffee Company qui n'a qu'une obsession : faire revivre le café du roi ! Des recherches acharnées permettent d'identifier 30 plants d'authentique Bourbon pointu qui ont survécu malgré le temps et les aléas. Ils sont soigneusement extraits puis cultivés en pépinières... Le Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) lance alors un appel à la culture auprès des planteurs réunionnais.

Un café d'exception

Ils sont aujourd'hui une soixantaine à l'ouest et au sud de l'île, en solo ou regroupés en coopérative, à produire ce café qui, tel un souverain, réclame temps et attention : d'octobre à février, les plants sont visités quotidiennement, les cerises cueillies à l'exacte maturité, puis soigneusement débarrassées de leur enveloppe avant la récolte du grain. Celui-ci subit fermentation et séchage avant la torréfaction... et la récompense : un café simplement exceptionnel, à faibles amertume et taux de caféine, aux arômes complexes et envoûtants. Si parfait qu'en 2007, la Specialty Coffee Association au Japon a accordé la distinction rare de "café premium" à ce produit "ne souffrant d'aucun défaut". Évidemment, une telle qualité se paie et se paie cher, plus de 200 euros le kilo ! Et à ce prix, mérite quelques égards : préférez à toute autre une cafetière à piston pour la préparation, une eau à 94° pendant 5 minutes... et laissez-vous charmer !

Des caféiers de la Réunion regroupés au sein d'une association : la Route des caféiers font visiter leurs caféières avant une dégustation. Mongi et Martine Sliti, de la ferme Slitidomaine des caféiers, proposent eux aussi leur café, certifié bio, directement sur leur exploitation à Bois de Nèfles Saint-Paul à 1000 m d'altitude ou au marché de Saint-Paul. Un autre passionné du Bourbon pointu, Patrick Bénard, Fleur de Kfé, basé au Tampon Trois-Mares. A la Maison de Laurina, l'hisoire du céfé vous sera conté et la visite de deux caféières vous sera proposée. Possibilité de dormir en gîte ou de pique-niquer, chez certains producteurs  : dans tous les cas, attendez-vous à vivre un moment inoubliable.