La Ville de Saint-Paul, située dans l'Ouest de l'île, ainsi que l'association coordination Somen Kréol organisent la première édition du Festikal, les 28 et 29 octobre 2016 afin de renouer avec un des patrimoines culturels de l'île intense : les légendes de l'imaginaire réunionnais. 
Grand mèr Kal, Tizan, Grandiab, Sat maron, découvrez ces personnages lors du grand défilé déguisé qui aura lieu dans les rues de la ville, le tout au rythme du tam-tam et du moringue, c'est le "souké". Cet événement est un retour aux sources, aux légendes propres à la culture et à l'identité réunionnaise. Il permettra de réunir la population et de valoriser encore plus, le vivre ensemble réunionnais.

Mais qui sont Gran mèr kal ? Grandiab ? Tizan ? Satmaron ? Découvrez-les pendant ce Festikal !
Traditionnellement, les Réunionnais ont toujours joué à se faire peur aussi bien  :
- dans les cours de récréation : le "lou kashièt",
- autrefois dans les rues où déambulaient les "jakos", personnages peinturlurés qui réalisent des acrobaties effrayantes
- au cours des veillées, les histoires d'âmes errantes 
- histoire de Grandiab qui donnaient des frissons à l'assemblée. 

Célébrez Gran mèr kal, elle occupe une place particulière dans l'imaginaire du Réunionnais, elle est selon la légende une esclave africaine. Dans la mythologie indienne, la déesse Kalla est considérée comme la maîtresse du temps et du destin. Pour cette raison Grand mèr kal présente un double visage : elle est à la fois une grand-mère qui vient "souker" les enfants à une certaine heure et les "touker"

"souker" : attraper
"touker" : dorloter, câliner

Sortez vos déguisements les plus terrifiants et préparez-vous à frissonner de plaisir à l'occasion du Festikal. 
Plusieurs temps forts marqueront cette première édition, vous serez en compagnie d'une Grand mèr kal des temps modernes, elle déambulera en roller :

  • Vendredi  28 octobrele Touké :

Expositions : Salle du conseil municipal/Longère Sudel Fuma/Maison Serveaux
10h : inauguration et ouverture de la braderie, animation de rues toute la journée 
- organisation de la visite des expositions pour les scolaires
- participation des scolaires à la braderie. Déguisements.
- distribution de cadeaux et bonbons par les commerçants.
18h : fin de la braderie
 

  • Samedi 29 octobre : le Souké

8h : Ouverture de la braderie
9h : Animation de rues
12h : Pique-nique Grand mèr kal à la Grotte des Premiers Français
- ateliers (théâtre, métiers lontan, objets lontan etc.)
- activités culinaires : les légumes et fruits lontan
18h - Défilé
- Départ sur le front de mer à hauteur de la rue Suffren - Direction la Grotte des Premiers Français
20h : Fin du défilé et début de la grande parade culturelle.
- animations théâtres, poésie, danses, chants, contes
22h : Concert musical
Minuit : spectacle son et lumière sur le podium central.  




 

Gran mèr Kal

Gran mèr Kal occupe une place particulière dans l'imaginaire réunionnais dans la mesure où elle s'enracine dans l'histoire de l'île et participe à une tentative collective de domestiquer ou d'apprivoiser la mort. En effet, Grand mèr kal est une ancienne esclave originaire du Mozambique ou de Madagascar attachée au service d'une grande famille blanche. Pour des raisons non identifiées, elle serait suicidée en se jetant dans un puits. A-t-elle voulu échapper à la vengeance des Noirs marrons ou a-t-elle préféré mettre fin à sa vie pour rejoindre son compagnon tué par les chasseurs de Noirs marrons ? Quoi qu'il en soit, son âme est condamnée à errer sur terre. Elle ne sortirait de sa cachette qu'à minuit, heure à laquelle elle vient "souker" l'âme des mourants.
Elle apparaît parfois sous la forme de bébête touuuute". C'est, en effet, sus l'apparence d'un oiseau qu'elle effraie les randonneurs égarés dans les Hauts de l'île et son cri lugubre "touuuute" a de quoi donner la chair de poule aux plus téméraires.
Grand mèr kal a en fait deux visages. Celui d'une sorcière qui vient "souker" les enfants mais aussi celui d'une vraie grand-mère qui aime "touker" les bébés.

Tizan

Tizan n'est pas un personnage propre à La Réunion. On le trouve sur tous les continents, parfois sous différentes appellations, mais il a su en quelque sorte créoliser pour devenir ce personnage rusé, fripon qui grâce à sa malice et à son ingéniosité, il parvient à toutes ses fins. Beaucoup de contes créoles, mettent en scène le personnage de Tizan. Citons par exemple "Tizan é kékshoz-sépakosa", "Tizan ek sitrouy cap" ou encore "Tizan i sobat avec Grandiab".

Grandiab

Rien ne fait plus peur aux Réunionnais particulièrement sensibles aux manifestations du surnaturel que Grandiab. Il est la personnification même du mal et du malheur. Il s'agit dès lors d'utiliser toutes les stratégies possibles pour le tenir éloigné. Par exemple, on plantera dans son jardin certaines plantes comme le songe caraïbe, la chandelle rouge pour obtenir une bonne protection. Dans la maison, on mettra à l'entrée de la porte une croix et des petits "bondieu" dans les autres pièces. Grandiab utilise tous les artifices pour tenter de contourner ces "garanties" et tromper ou corrompre les personnes dont il convoite l'âme. Dans les contes créoles, on rencontre souvent le personnage de Grandiab qui, par exemple, se dote d'une fesse en or pour pouvoir se marier avec la fille du roi. On dit aussi "voir lo dib an pizama", quand on se trouve dans une situation extrêmement difficile ou que l'on souffre de grandes douleurs physiques.

Sat maron

Dans certaines légendes, Grand mèr kal est souvent accompagnée de chat'marron, sat maron en créole, laquelle vient faire peur aux enfants. D'où cette berceuse très connue : "si la minette i dodo pas, chatte marron va souk à elle". Cela étant dit, on ne connaît rien d'autre de ce personnage. C'est peut-être l'occasion de faire des recherches sur ce personnage qui tente à disparaître du paysage de l'imaginaire réunionnais.